ADHEREZ AU GIPAG

Les assemblées générales sont toujours des moments de partage. La vie d’une association dynamique est ponctuée de ces rendez-vous récurrents. Notre activité, notre place et nos actions méritent que nous nous rencontrions tous pour vous informer des projets, des résultats, etc. Ces assemblées générales se suivent et ne se ressemblent pas toutes. Cette année, nous avons été reçus par le groupe Daher. C’est un membre éminent de notre groupement, mais c’est aussi un constructeur aéronautique français. Il y avait comme une sorte de fierté à être présent à Tarbes. Cette année, nous avons vécu un moment que l’on pourrait qualifier d’important. Un député est venu prendre la parole, et pas n’importe qui puisqu’il s’agit de Pierre Cabaré, de la 1ère circonscription de la Haute Garonne. Sa présence n’est pas anodine puisqu’il préside le groupement d’études sur le secteur aéronautique et spatial, au sein du Parlement. Il était parmi nous grâce à l’invitation d’un de nos membres, Jacques Callies, dont il est devenu l’assistant parlementaire. Nous allons enfin être un peu mieux entendus par nos députés au coeur du pouvoir. L’intervention de Pierre Cabaré était empruntée de pragmatisme concernant l’écologie : « L’économie et l’écologie doivent faire bon ménage ». Il a expliqué également qu’il allait s’appuyer sur l’expertise de notre groupe pour faire avancer vos dossiers. Il a allumé une lueur d’espoir en expliquant que les députés français intervenant auprès de députés européens pouvaient constituer une forme importante de lobbying. Pascal Luciani, le directeur adjoint de la DSAC, a livré également sa vision de notre aviation, à savoir un secteur indispensable puisqu’il forme des pilotes qui seront employés à terme en compagnies.

Il a également rappelé que même s’il peut y avoir des divergences entre l’administration et les opérateurs sur le terrain, la logique de la sécurité prévalait pour tous. Il a également abordé le phénomène de l‘avion bashing et de ce que les citoyens pouvaient éventuellement en penser. Aujourd’hui, il semble que la demande individuelle, en dépit des intégristes qui veulent supprimer le transport aérien, ne soit pas sur le point de s’éteindre. Les gens ont pris goût au voyage et à la découverte du monde. Bref, ce débat pourrait très bien ne pas avoir lieu : les besoins économiques et touristiques sont incompatibles avec la réduction du transport aérien.

L’autre grand intervenant de cette AG était Pierre-Yves Huerre, le nouveau chef de la Mission aviation légère. Après avoir rappelé que le directeur de la DGAC était un authentique passionné d’aviation légère, il est revenu sur « la mission de sa mission », à savoir écouter et comprendre les problématiques de terrain et trouver des interlocuteurs auprès des directions sectorielles de la DGAC. Dans l’autre sens, la Mission Aviation légère générale et hélicoptère (MALGH) a pour objectif de faire comprendre les réglementations. Il a évoqué la richesse de ce secteur de l’aviation générale, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas du transport public…

Pierre-Yves Huerre s’est bien sûr prononcé pour une défense de notre aviation, expliquant que la logique française était plutôt celle d’une intégration dans la plupart des zones quand, dans d’autres pays, son exclusion n’est parfois pas négociable avec les autorités locales. Cette aviation générale fait de la France un pays majeur en Europe. Ce qui constitue un argument de poids face à une administration européenne.

GIPAG NEWS n°22

By | 2020-01-16T08:53:53+00:00 janvier 16th, 2020|Actualités|